THE CORONAVIRUS AND THE WARTIME PRESIDENCY OF DONALD TRUMP


                 THE CORONAVIRUS AND THE WARTIME PRESIDENCY OF DONALD TRUMP 
By Bernard Bujold
The President Donald Trump is fighting a war against the Coronavirus and one could say that he is a "Wartime President". 
It is not easy, for any politician in the world, to fight a war, any war, as his decisions will have a life or death consequence. 
In the case of Donald Trump, 60% of Americans approve of the job he is doing in handling the crisis while 38% disapprove of how he has done (source the Gallup poll March 13-22, 2020). 
Recently asked if he regrets to have asked for and win the job as President of the United States, Donald Trump answered that it cost him dearly financially but at the end the question is: "so what?". He realizes that he lost a lot of money, billions of dollars in the last three years (before the Coronavirus crisis) that he would have been able to make with his private enterprises but he did not regret it at all to have given up his former life to be the President of the United States. He is deeply proud to be fighting for his country and be a leader in this time of war. 
One could love or hate Donald Trump, but all have to admit that the whole planet Earth is facing a very strange and dangerous situation. Close to 200 countries are in this 2020 Coronavirus War! The challenge for all the political leaders is one of life and death. 
Personally, even if I am deeply scare about the Coronavirus situation and the damage it is doing to our world civilization, I am comforted to be living this hard moment in history, and of my life, knowing that a Donald Trump is fighting with all his soul and like him, I hope for the best, in a near future! 
It is not "my death" that scare me but to live a life in a world where survival is without rules in abandoned structures (buildings, roads, public places, etc.). 
SEE PHOTOS 


LE CORONAVIRUS ET LA PRÉSIDENCE DE GUERRE DE DONALD TRUMP 
Par Bernard Bujold
Le président Donald Trump mène une guerre contre le coronavirus et on pourrait dire qu'il est un "président en temps de guerre". 
Il n'est pas facile, pour n'importe quel homme politique dans le monde, de mener une guerre, n'importe quelle guerre, car ses décisions auront une conséquence de vie ou de mort. 
Dans le cas de Donald Trump, 60 % des Américains approuvent le travail qu'il fait pour gérer la crise, tandis que 38 % désapprouvent la manière dont il s'y est pris (source : sondage Gallup du 13 au 22 mars 2020). 
À la question de savoir s'il regrette d'avoir demandé et obtenu le poste de président des États-Unis, Donald Trump a récemment répondu que cela lui a coûté cher financièrement, mais à la fin la question qui se pose est : "Et alors ?". Il se rend compte qu'il a perdu beaucoup d'argent, des milliards de dollars au cours des trois dernières années (avant la crise du Coronavirus) qu'il aurait pu gagner avec ses entreprises privées, mais il ne regrette pas du tout d'avoir abandonné son ancienne vie pour être président des États-Unis. Il est profondément fier de se battre pour son pays et d'être un leader en cette période de guerre. 
On peut aimer ou détester Donald Trump, mais tous doivent admettre que la planète Terre entière est confrontée à une situation très étrange et dangereuse. Près de 200 pays sont engagés dans cette guerre des coronavirus de 2020 ! Le défi pour tous les dirigeants politiques est un défi de vie ou de mort. 
Personnellement, même si je suis profondément effrayé par la situation du Coronavirus et les dommages qu'il cause à notre civilisation mondiale, je suis réconforté de vivre ce moment difficile de l'histoire, et de ma vie, sachant qu'un Donald Trump se bat de toute son âme et comme lui, j'espère pour le mieux, dans un futur rapproché ! 
Ce n'est pas "ma mort" qui me fait peur, mais de vivre une vie dans un monde où la survie serait sans règles dans des structures abandonnées (bâtiments, routes, lieux publics, etc.). 
VOIR LES PHOTOS 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

SUPER BOWL 2020 - PRE-GAME

DONALD TRUMP AND THE IMPEACHMENT CIRCUS - PART 1